Céline senlis

c.senlis profil.png

Partie à la recherche de forme géométrique, de rondeur, le disque est apparu sous mes mains. Le travail de la surface tendue, la quête de la ligne du cercle et du volume du disque, aboutit à quelque chose que je trouvais lourd et statique. Le lanceur de disque ou discobole doit faire preuve d’agilité, pour tourner sur lui-même et lancer son disque, le plus loin possible à plusieurs dizaines de mètres.

J’avais envie de le prendre et de le lancer comme l’athlète des jeux olympiques.

Ce grand évènement sportif qui rassemble les hommes et les femmes de toutes les nations quelle que soit leur origine, leur croyance, leur niveau de vie, est un magnifique symbole de paix et de respect entre les pays. Pour l’athlète, se préparer pour les jeux olympiques, c’est l’objectif de toute sa vie. J’admire le travail fourni, régulier, intense, la recherche du dépassement de soi, la ténacité pour participer et donner le meilleur de lui- même. Dans tout mon travail, c’est l’Homme qui m’intéresse et ici c’est l’athlète, le sportif de haut niveau. Le discobole est l’élément qui traverse l’Histoire depuis la Grèce antique.

La main, ajoutée ensuite, est venue traduire mon désir de tension, de puissance, mon envie d’aller plus loin. J’ai cherché un contraste entre la surface presque lisse du disque et un rendu plus rugueux de la main pour mettre en avant l’Homme. Devant cette main, je ressens de la puissance et de la grandeur.

La main lance le disque, la main est vivante, la prise est forte.

OEUVRE DONNÉE

SON UNIVERS