Christèle guérard

J’ai découvert la sculpture pendant mon séjour en Inde, à New Delhi, il y a plus de 22 ans. Elle m’a accompagnée jusqu’au Japon, après le Brésil, la France et l’Angleterre. Mon inspiration s’est nourrie peu à peu de la lecture des mondes qui m’entouraient et mon travail a évolué grâce aux techniques que j’ai acquises auprès des maîtres rencontrés.

 

Depuis 2004, je me questionne sur la dimension de l’âme et sur sa possible représentation : comment matérialiser l’idée du passage d’un monde à l’autre ? Cette recherche a évolué dans l’espace et le temps et a pris différentes formes et notamment celle des « Diaphanes ».

 

Au Japon, en 2017, l’âme « s’est incarnée » en une forme pure, sans début ni fin, un Œuf. A cette forme j’ai voulu associer des Haïkus (poèmes très courts) et des mots empruntés au bouddhisme Zen pour renforcer mon propos et donner de la force à la ligne. Ces Ecritures pour moi soulignent l’impermanence de l’être face à la nature. Arrivée à Rennes en septembre 2019, je poursuis cette recherche en sculpture mais aussi en gravure, discipline que j’ai alors commencée en Bretagne.

OEUVRE DONNÉE
Diaphane 8.jpeg

Etre agile dans ma vie c'est être prête face à de nouvelles situations à apprendre et à "désapprendre" pour avancer

SON UNIVERS