Frédéric-Jg Blanque

FJG Blanque Portrait.jpg

Frédéric-JG Blanque se passionne pour la photographie dès l’adolescence. Le noir et blanc, son premier Polaroïd, une pratique assidue du moyen format argentique forme son œil à la composition «au carré ». Il s'éloigne des lumières rouges pendant ses études. Son Canon sommeille. Juin 2001, il se promène dans le Lower Manhattan, caresse le pied gris métallisé du WTC. Ce cadrage parfait! Impossible de le saisir, de le conserver, de le partager. Pas d’appareil sur lui! Il se promet de revenir…  Ses désirs de jeunesse s’imposent en 2007, il se consacre à la photographie d’architecture. En 2010, première exposition à la galerie toulousaine CDA. 

Pour Frédéric-JG Blanque, l'intérêt n’est pas la reproduction, mais la construction de sa réalité. La photographie devient l’outil au service de sa subjectivité. Il s’autorise l’intervention sur l’image: les traitements chromatiques, les cadrages très serrés, les points de vue improbables. C’est le sujet en puissance qui intrigue. Les couleurs convoquées sont celles de l’aurore; le flou révèle le mouvement; la circulation se fait sous le béton; le grain témoigne d’une volupté de la pierre. La photographie d’architecture défie le temps et affirme la pérennité du mouvement. 

La photographie assigne chez Frédéric-JG Blanque les contraintes de l’architecture: la disposition des images, la disparition du papier, le support verre acrylique ou aluminium brossé. Tout participe à ce que l’épaisseur de la matière photographiée épouse celle du support. S'éloigne alors la photographie du figuratif pour embrasser une dimension plastique, qui transforme le photographe en artiste. Le plaisir de la vue en sensation.

OEUVRE DONNÉE
FJG Blanque Exprmntl blue 1369 -Donation

SON UNIVERS

Pour en découvrir plus sur ses oeuvres rendez vous sur son site